Adresse aux populations survivantes, aux 5 millions de personnes déplacées, sans abri, dans des camps de réfugiés, d’Asie du Sud-Est.

Depuis le tsunami de décembre et le tremblement de terre nous suivons votre situation sociale écologique, économique et politique qui est effroyable. Après ce fléau des vagues mortelles, nous savons que vous avez des difficultés pour repartir puisque les capitalistes chinois se sont emparés de votre marché du poisson, que vos bateaux coûtent maintenant trois fois plus cher, que la junte militaire indonésienne en a profité pour passer par les armes ses opposants (120 tués) et qu’ils détournent l’aide internationale comme des témoignages d’Européens l’attestent. Un exemple de ce que pense un PDG. de multinationale (29/12/2004) Foddy Wong, analyste en chef pour l’Asie chez ABM Amro: « Il est évident qu’avec de si importantes pertes en vies humaines il faudra beaucoup de temps pour nettoyer les débris, enterrer les morts et retrouver les disparus. Mais ce n’est pas un si grand événement en terme économique… » Leur cynisme n’a pas de limite malgré les 300 000 morts. Le recyclage local des débris pour réaliser de nouveaux habitats permettra de se passer de ces prédateurs. La dernière réplique de mars, qui a provoqué un tremblement de terre augmentant le bilan, pose radicalement le problème d’une reconstruction de prévention, d’alerte. Vous connaissez les vicissitudes de la situation mieux que nous, nous ne vous apporterons pas une solidarité financière qui risque de plus de ne pas arriver à bon port ou des promesses de dons. Rappelons que 730 millions d’euros avaient été promis pour la reconstruction de Bann en Iran et seulement 17 millions d’euros arrivèrent (cf. éditorial le monde 30 décembre 2004). Déjà des personnes parties de notre village en France vous communiquent ces informations autonomisantes sur place, ce document de socialisation vous propose gratuitement un permis de construire que nous appelons permis de vivre avec une méthodologie technique afin que cet espace auto-construit vous apporte une auto-garantie des nécessités vitales: valeur d’usage de 1000 euros par mois (se loger, manger, se soigner, avoir de l’eau potable, s’éduquer, ne pas polluer, se protéger des séismes et tsunamis, s’aimer, aimer et se transporter gratuitement.)

Ce document est communiqué à toutes les associations humanitaires. Avant de rentrer dans cette partie technique et dans la méthodologie de prévention,

Voici une hypothèse scientifique sur les causes des tsunamis et de l’accélération des tremblements de terre qui peuvent affecter d’autres limites de plaques tectoniques.

Le niveau des mers, des océans augmente environ de 2,8 mm par an avec une accélération ces 10 dernières années les plus chaudes. Ceci représente en gros une augmentation de 25 cm, soit 2500 tonnes d’eau par hectare depuis la révolution industrielle et l’usage massif des énergies fossiles. Le réchauffement climatique de 0,6 degrés aurait des conséquences sur la pression exercée sur le fond des océans, où des km² se seraient enfoncés dans le magma pâteux. Vu la courbure en calotte des plaques tectoniques, on aurait des pressions sur les retombées des voûtes. Celles-ci auraient cédé. Elles seraient ensuite passées dessous, auraient surélevé et repoussé certaines îles. La puissance de ce choc titanesque fit l’équivalent de 20 000 bombes atomiques d’Hiroshima. Un morceau d’écorce terrestre incliné sur un plan de 13 degrés et situé à l’interface des deux plaques, large de 100 km et long d’au moins 400 km, se serait déplacé de 15 à 20 m, quand la dérive des continents est de 6 cm en moyenne par an. Il y a donc d’autres phénomènes dynamiques en jeu. De plus, l’extraction massive d’énergie fossile (gaz, charbon, pétrole, 76,4% de l’énergie mondiale, et surtout actuellement en Chine avec sa croissance capitaliste de l0%/an) aurait allégé l’écorce terrestre dans sa partie continentale. Il y aurait un phénomène de cisaillement qui s’ajouterait en plus à la dérive des continents. Car cette déchirure de l’écorce terrestre se serait faite sur des centaines de km avec de nombreux volcans (cf. cartes) et d’effondrement sous-marin. Cette hypothèse va trouver sa confirmation par une recrudescence des séismes (sur terre ou en mer) le long des limites de plaques, d’où ces propositions qui peuvent être utilisées au delà des 8 pays dans le malheur.

tsunami_carte.JPG

Eviter le pire à venir.

1) Revendiquer des sismographes-alerte. avec des sirènes dans chaque maison refuge (ce qui pourrait être relié à des téléphones portables par une sonnerie réveil). Le long des plaques tectoniques, même en Méditerranée ou l’océan indien etc. Car le centre de Hawaï a été au dessous de tout en diffusant à 1h14 son bulletin, mentionnant un séisme de magnitude 8 au lieu de 9 et précisant qu’il n’existait pas de « menace de tsunamis destructeur »! Idem pour le centre du Colorado aux U.S.A informant le centre de Strasbourg en France. Voici ce que dit J.Talandier proposant le dispositif Tremors: «L’urgence est d’installer un réseau de stations sismiques, peu onéreuses (un sismographe performant et un calculateur PC susceptible de diffuser une alarme) largement éprouvé et rapide à mettre en place. Mesures des séismes une nouvelle approche www. ipgp.jussieu.fr/

tsunami_radar.JPG

tsunami_article.JPG

tsunami_coupe.JPG

2) Sur chaque maison refuge autonome. Possibilité de mettre sur les terrasses des toits, dans les zones où il est difficile de se réfugier en hauteur ou dehors.

Voici la présentation des ogives bouées de survie minimum pour 4 personnes.

Descriptif: Chaque refuge aurait 4 ogives, celles-ci seraient reliées à la dalle de fondation par 4 cordes pour éviter de dériver contre des obstacles. Ces bouées (chambre à air de camion 1,7 m de diamètre avec 1 passage de O,70 m de diamètre au centre. Elle est protégée du soleil et d’objets coupant par un tissu (bidim anti-poinçonnement et cerclé par un tube cintré de 5 cm de diamètre où dessus sont soudés 4 arcs d’ogive de 1,7m de haut (structure de protection). Afin d’éviter aux gens d’être décapités par les tôles et les objets coupants charriés par les vagues géantes, la bouée doit monter le plus vite possible en hauteur. Les tôles des toitures doivent être totalement proscrites dans ces zones. Deux arcs de cette structure de protection permettent de fixer un distilleur solaire pour de l’eau potable (4L/jour) qui peut être monobloc. Ici nous l’avons construit en vissant sur un segment en forme de parabole des sections de gouttière habillées d’un plastique noir servant de petit réservoir; par dessus, un plastique translucide pour recueillir la condensation qui s’égoutte en bas d’une casserole embarquée. Le mettre plein sud. Cet équipement est prévu pour deux enfants et deux adultes. Chaque personne dispose d’une bouée personnelle avec des sangles (chambre à air de voiture) pouvant être accrochée au mât de l’ogive. Dessus, une torche, un briquet, un couteau, un récipient, fixé au mât par un écrou et une tige filetée. En dessous des arcs, une structure en croix sur laquelle est fixée un petit plancher de 1m de diamètre pour éviter d’être expulsé par en bas. Le mât a la partie centrale démontable par deux boulons qui permet de passer la bouée. La liaison entre les arcs et les tubes du plancher est triangulée, car c’est là que les cordes d’accrochage des bouées sont fixées pour ne pas que celles-ci dérivent mais rester accrochées à la fondation servant d’ancre. (cf. photo). Quand le tsunami s’arrête et que l’ogive se pose elle peut-être ouverte. Deux bras sont articulés et soudés formant un bassin, en ouvrant la toile d’un coté, on peut réaliser un autre bassin, l’autre côté pouvant être mis en forme de tente pour abriter du soleil des enfants. Dans ces deux bassins, on peut cultiver de la spiruline dont une souche était contenue dans un cubitainer de 5 litres. Cette ogive rouge et noire est visible facilement pour attendre le secours.

tsunami_ogive.JPG

tsunami_carte_sismique.JPG

tsunami_ogive_4.JPG

tsunami_ogive_2.JPG

tsunami_ogive_3.JPG

SE NOURRIR

La Spiruline Production

Dans la situation actuelle d’urgence, auto-produire et consommer 10g de spiruline par jour par adulte et l4g par enfant pour vivre sans carences car cette micro-algue contient en % en poids : 65 % de protéines, 15 % de glucides, 7 % de minéraux, 6 % de lipides, 2 % de fibres et 5% d’eau, vitamines Béta-carotène E, Bl, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12 etc. elle est autonome et produit 50 tonnes de protéines par hectare et par an, (une vache en produit 160 kg). Pour s’informer et comment la produire soi-même www.antenna.ch . Faire un bassin de 3 m², profondeur 20cm de liquide soit 600 litres ; lessiver 20 kg de cendres blanches au moyen de 300 litres d’eau, laisser carbonater pendant 2 semaines en remuant de temps en temps puis ajouter 300 litres d’eau. Ajouter 3 kg de sel Bio (recommandé pour sa teneur en oligo-éléments), 2,4 litres d’urine, 80 g de sirop de fer (remuer très lentement avec un balai le sirop fait avec des clous rouillés dans de l’eau). Pour le transport des souches, dans une bouteille en plastique fermée de 1,5 litre, il y a 30 variétés mais la Paracas qui vient du Pérou nécessite moins de brassage (4 fois par jour) avec un balai : 0,5 litre de lessive de cendre, 0,5 litre d’eau, 5g de sel bio, 4 ml d’urine (4g), 0,13 g (environ 3 gouttes) de sirop de fer.

Récolte

Mesurer la densité avec le disque de Secchi ; s’il n’est pas visible à moins de 3 cm, récolter Le matin, écrémer la surface, la vider sur une toile de sérigraphie à 60 microns (Sefor filtres Tél. 04.91.91.05.51) ou un bas; utilisable fraîche pendant 6 h.

Séchage

Prendre une bâche de plastique noire, mettre dessus une toile moustiquaire, étendre la spiruline avec une spatule en plastique dur, enlever la toile moustiquaire. On obtient des petits carrés de spiruline sur le plastique noir. Replier le plastique et l’étendre en plein soleil sur un fil étendoir avec des épingles à linge, 2 heures après elle est sèche. Vous secouez doucement le plastique, elle se trouve dans la pliure. Vous pouvez ainsi la conserver 2 ans et l’ajouter avec de l’huile pour faire des sauces pour la semoule, le riz, ... pas la faire chauffer. 1 kg de spiruline représente 100 jours de nourriture. Plus d’infos sur http://spirulinesociale.free.fr

tsunami_spiruline.JPG

Récolte de spiruline, Disque de Secchi

Document complet :

tsunami.pdf