2 juin 2017

voiture.png

resultat_tests.png

Mon père est mort en s'étouffant suite à une insuffisance respiratoire, à l'hôpital de Montpellier, comme des millions d'autres.

Dans sa chambre, une autre personne attendait une transplantation de poumons, certainement par récupération d'organe de personne accidentée. Je lisais la revue de science National Geographic (août 2016), quand je vis qu'en Chine ils menaient des expériences sur le port comme donneur d'organes, les poumons notamment.

La médecine régénératrice serait la plus adaptée à ce genre de problèmes, tout en diminuant au maximum les causes polluantes (cf les trois livres de la chercheuse en Biologie du Développement, Nicole Le Douarin).

phyto_voiture.pngJ'étais sorti de l'hôpital en pleurant: ne fallait-il pas mieux guérir ? Supprimer les causes. De ceci est née cette recherche.

Aujourd'hui, le retrait des accords de Paris sur le climat par les USA rend cette recherche d'autant plus urgente pour l'humanité et la planète.

plantes_epuratives.pngDepuis 1985, nous avions repris les recherches sur l'épuration des eaux usées par les plantes, recherche entreprise dans les années 1950, par la thèse de Mme Seidel sur la capacité épurative des macrophytes.

Il est possible de lire la brochure concernant les recherches écologiques pour l'épuration des eaux usées et leurs nouveaux usages. Nous étions arrivés, en utilisant des plantes et des bactéries, aux résultats de laboratoire suivants: "eau répondant aux critères bactériologiques de potabilité".

hopital2.png

Le rejet zéro est l'évaporation totale des eaux usées, qui permet leur traitement de dépollution des métaux lourds. Cela procède par une combinaison de plantes adéquates, ouvrant la perspective de nettoyer les gaz d'échappement et les fumées des voitures, des camions et des chauffages thermiques.

Avec de l'eau et de l'urine à 35%, on met cet engrais ensuite obtenu dans une phytoépuration à rejet zéro, qui, généralisée, permettra de cultiver des plantes, dont la mise en décomposition produit du biogaz (1600 millions de m3 d'eaux usées en France).

Exemple: 1kg de jacinthes d'eau sèches peut produire 374 litres de biométhane. Étant donnée qu'elles produisent entre 900kg et 1800kg par hectare et par jour de biomasse, elles nettoient jusqu'à 85% des eaux usées en 24h. Ceci est un substitut aux gaz naturels fossiles, au charbon, qui accélère le basculement climatique.

Notre proposition est de piéger et de recycler les particules fines qui participent à l'effet de serre, de nourrir les plantes avec du jus carboné et azoté, qui absorbe du CO2 atmosphérique sur un substrat de charbon de bois, qui lui-même stocke du CO2 pour des milliers d'années. Le charbon de bois obtenu par pyrolyse est un excellent engrais naturel qui garde l'eau, les minéraux et les bactéries qui, elles, traitent et découpent les matières organiques pour les plantes.

Un exemple: pour 38.6 millions de voitures en France, si on installe ces appareils de dépollution, combinés avec le système de dépollution de l'eau résiduelle par phytoépuration, avec 1m3 de charbon de bois comme substrat (issu de la pyrolyse des bois de déchetterie), on stockerait pour des milliers d'années 22.6 millions de tonnes de CO2, en plus des millions de tonnes de particules fines dues au brûlage du carburant. Cette xylochimie (biochimie du bois), articulée avec l'amendement des sols en agriculture avec du charbon de bois, permettrait de stopper les conséquences de l'utilisation des énergies fossiles.

Ainsi, 1 milliard de voitures peuvent être équipées de ces jardins embarqués ou non. Si le véhicule est suffisamment haut sur ses roues (45cm), on peut installer le lave-air d'échappement en-dessous de la voiture selon la cylindrée : 1.9 litre de cylindrée implique un récipient 45 litres minimum.

Le système placé au-dessus de la voiture consomme moins d'eau car, étant plus froid, il recombine l'hydrogène de brûlage des hydrocarbures en eau. L'eau de bullage se charge de CO2 comme l'eau de Selz et se nourrit des particules fines: la réaction de l'urée contenue dans l'urine humaine ou animale - meilleure car les vaches sont végétariennes et leur indice d'urée est plus élevé - absorbe le CO2.

Ensuite, on verse cet engrais dans 3m3 de phytoépuration sur charbon de bois, qui évaporera et ne rejettera rien sur le sol (photo 10). Rappelons que le jonc absorbe le plomb, et que les lentilles d'eau absorbent l'aluminium etc. Dans le dernier bassin de phytoépuration, le poisson gambusie mange jusqu'à 300 larves de moustiques par jour. Dans les autres bassins, l'eau circule à 5cm sous le charbon de bois, ce qui fait que les moustiques ne peuvent pas pondre (office international sur l'épuration des eaux usées par les plantes aquatiques, direction de la documentation des données, étude technique de synthèse 400 thèses). Avec notre système, nous avons ajouté l'air.

3.pngEn résumé, plus il y a de biodiversité dans le système d'épuration, plus seront éliminés et recombinés le fer, le cuivre, l'aluminium, le molybdène, le manganèse, le zinc, le bore...

Ainsi, par ce cycle biologique positif seront stockés plus de CO2 que rejetés, en laissant l'eau et l'air plus propres qu'après leur utilisation.

Le prochain numéro de "Agir pour le climat" n°2 rendra compte du système de dépollution des fumées issues du chauffage thermique.

4.png

Contacts: M. Rosell, technicien supérieur en bureau d'étude en mécanique générale Coopérative de protection du climat, de la biodiversité et de la santé Le Chabian, 30700 Aigaliers

H. Fournier, entreprise écologique

5.png